Les aidants familiaux

 

Accompagner un proche en perte d’autonomie est une preuve d'amour qui témoigne de la force des liens qui peuvent unir une même famille.

Les aidants familiaux s’exposent toutefois à une pression forte et risquent fatigue, lassitude et à certains moments un sentiment d’échec et de culpabilité. 

 

Aider un proche dépendant, ce n’est pas seulement lui dédier une majeure partie de son temps. C’est aussi vivre avec lui ses souffrances et parfois sa maladie. En résulte des sentiments très ambivalents et contradictoires : la peur de la perte d’un être cher, la crainte de ne pas être à la hauteur, la nécessité d’être toujours disponible pour la personne aidée, tout en ressentant le besoin de prendre du temps pour soi.

 

Cette pression peut amener la personne qui aide son proche à un état d’épuisement physique et moral intense.

 

Je vous propose un espace d’écoute et de soutien psychologique lorsque vous devez faire face à une situation difficile qui est une source de souffrance pour vous et votre proche (avancée dans la maladie, placement en institution, décès), mais aussi en cas d’épuisement physique et/ou psychologique.